5 mars 2010

Enquête canadienne sur la perte du Concordia

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a décidé de mener une enquête sur le naufrage du trois-mâts Concordia (IMO 1001269).

Même si l’essentiel de l’équipage du navire était de nationalité canadienne, l’enquête sur l’accident n’est normalement pas du ressort des autorités maritimes canadiennes puisque le Concordia était sous pavillon de la Barbade.

À mots couverts, le Bureau de la sécurité des transports du Canada semble douter des capacités du registre maritime de la Barbade (Barbados Maritime Ship Registry) d’assurer une enquête fiable en toute transparence et de rendre public son rapport : “Le BST a pris la décision de mener une enquête parce que la portée et la méthodologie utilisées pour découvrir les causes et les facteurs contributifs seront probablement différentes de celles de l’autorité de la Barbade.”

Environ 110 navires sont enregistrés au registre maritime de la Barbade. 95 % de ces immatriculations sont des pavillons de complaisance. La gestion du registre est déléguée par l’État barbadien à un bureau londonien.

Dans sa communication, le Barbados Maritime Ship Registry met en avant la simplicité de ses procédures d’enregistrement, ses faibles coûts fixes et l’exemption fiscale (“no Barbados tax exposure for foreign owned ships”).

Pour un navire de jauge nette 5000 NT, les frais d’inscription sont de 6000 $ US (5000x1,2), les frais annuels de 2100 $ US (1500+5000x0,12).

Communiqué du BST

Gatineau (Québec), le 3 mars 2010 - Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a décidé de mener une enquête de sécurité (M10F0003) sur le chavirement et naufrage du voilier Concordia au large de la côte du Brésil le 17 février 2010.

Le voilier Concordia est immatriculé comme un yacht-école à voile et exploité comme une « salle de classe flottante ». Il appartient à des intérêts canadiens et est exploité à partir du port de Lunenburg (Nouvelle-Écosse). Soixante-quatre élèves du secondaire et membres d’équipage, dont 43 Canadiens, étaient à bord du bateau lorsqu’il a chaviré et fait naufrage pour des raisons qui sont encore inconnues. La Barbade, l’État du pavillon du voilier Concordia, a ouvert une enquête.

Depuis l’accident, le BST a recueilli des renseignements, conformément à ses propres procédures, afin d’évaluer l’événement. Maintenant qu’il a recueilli suffisamment de renseignements pour terminer son évaluation, le BST a décidé de mener une enquête parallèle sur cet accident, enquête indépendante de celle menée par la Barbade. Le BST a pris la décision de mener une enquête parce que la portée et la méthodologie utilisées pour découvrir les causes et les facteurs contributifs seront probablement différentes de celles de l’autorité de la Barbade. Entre-temps, selon les dispositions des conventions internationales, le BST s’engage toujours à aider l’autorité de la Barbade dans son enquête.

Le 17 février 2010, vers 14 h 22, heure locale, le voilier Concordia a chaviré et fait naufrage au large de la côte du Brésil ; les 64 passagers et membres d’équipage ont été sauvés 40 heures plus tard par un navire de commerce. Ils ont ensuite été transbordés dans des hélicoptères de sauvetage de la Marine brésilienne.

Barbade SV Concordia
Type Trois-mâts goélette en acier
Barquentine - Steel hull
Pavillon
Flag
Barbade
Barbados
IMO 1001269
Longueur hors tout
Length overall
58,1 m
Maître-bau
Beam
9,44 m
Tirant d’eau max.
Draught
4,04 m
Jauge brute
Gross tonnage GT
(413 GRT)
Jauge nette
Net tonnage NT
(123 NRT)
Port en lourd TPL
Deadweight tonnage DWT
495 t
Capacité (personnes)
Capacity (persons)
64
Propulsion
Engine
MAN-DEMP 425 kW
Vitesse (nœuds)
Speed (knots)
9
Ancien(s) nom(s)
Ex name(s)
Chantier
Shipyard
Colod Co Ltd, Szczecin, Pologne
Lancement
Launching
1992

15 voiles pour 993 m2 de toile. Hauteur grand-mât : 35 m.

Articles liés

| Pas de commentaires

Ajoutez une information ou un commentaire

« Scènes de désastre dans les ports chiliens | Achetez un ferry sur Ebay »