26 février 2010

Le navire-citerne Sichem Osprey s’échoue sur Clipperton

Le pétrolier-chimiquier Sichem Osprey (IMO 9396024) s’est échoué sur l’atoll français inhabité de Clipperton (île de la Passion) à 585 milles des côtes mexicaines le 10 février 2010.

Les 16 hommes d’équipage (Lettons, Russes, Géorgiens et Philippins) sont sains et saufs.

Sichem Osprey

Sichem Osprey échoué sur Clipperton. Photo Marine nationale française.

Le navire, construit en 2008-2009 pour la compagnie norvégienne Eitzen Chemical, 3e opérateur mondial de pétroliers-chimiquiers avec 81 navires, était parti de Houston (Texas) et faisait route vers la Corée du Sud via Panamá.

Il transportait 22 500 tonnes de cargaison, dont 10 500 tonnes de xylène, un produit toxique et inflammable, 6 000 tonnes de graisse animale et 6 000 tonnes d’huile de soja.

Dans des circonstances inconnues (erreur de navigation ou panne matérielle), le Sichem Osprey s’est échoué à pleine vitesse (16 nœuds) dans la nuit.

L’échouement s’est produit sur la côte Sud-Est (à 10° 17’ 45” N - 109° 12’ 5” W), à proximité du “rocher de Clipperton”.

Les tentatives de déséchouement à l’aide de deux remorqueurs affrétés par Eitzen Chemical ont débuté le 13 février, et sont restées à ce jour sans succès. La coque est prise sur près de 100 mètres dans la barrière de corail.

Des navires de pompage sont actuellement en route et devraient arriver début mars, ils allégeront le navire avant qu’il soit procédé de nouvelles tentatives de remorquage.

La France a envoyé la frégate Courbet qui se trouvait à Callao au Pérou. Elle est arrivée aujourd’hui sur zone le 26 février.

Heureusement pour ce petit écosystème fragile de 8,9 km², aucune fuite ou pollution n’a été décelée.

Vue de la passerelle du Sichem Osprey

Vue de la passerelle du Sichem Osprey, le 12 février 2010 (hd).

Le Sichem Osprey n’est pas le premier des bateaux à venir sur les côtes de l’atoll. Parmi eux, le navire de débarquement USS LST-563 (100 x 15 m) s’y était échoué sur la côte Nord-Est en décembre 1944.

Le USS LST-563 (conjointement avec le USS Argus PY-14) avait pour mission secrète l’installation d’une station météorologique sur l’île sans avertir les autorités françaises. Il transportait à cette fin du personnel, des équipements et matériaux. C’est dans la manœuvre de débarquement de sa cargaison qu’il est resté prisonnier de l’atoll le 21 décembre 1944.

Après de nombreux essais infructueux de déséchouement, il est vidé de tout ce qui est récupérable et définitivement abandonné en février 1945. Les différents navires venus à sa rescousse (USS Seize, USS Viking, USS Tenino) furent endommagés dans les périlleuses opérations.

USS LST-563, 1944-1945

USS LST-563 échoué sur l’île de Clipperton. U.S. Naval Historical Center Photograph.

En septembre 1945, après la capitulation du Japon, il est décidé d’abandonner la mission “Island X” et la base évacuée le 23 octobre. Il ne reste aujourd’hui que quelques débris épars de l’épave.

Mise à jour, 8 mars 2010

Le Sichem Osprey a été déséchoué samedi 6 mars. Le navire a été allégé de 40% de sa cargaison (3 500 tonnes de xylène et 6 000 tonnes d’huile de soja) et tiré par deux remorqueurs avec succès. Il est actuellement en route vers le Mexique.

Communiqué du Haut-Commissariat de la République en Polynésie française :

Papeete, le 7 mars 2010. Le chimiquier « Sichem Osprey » qui s’était échoué sur l’ile de Clipperton le 10 février 2010 a été déséchoué ce samedi à 19 h 00 (heure de Papeete).

Depuis le 13 février, plusieurs tentatives de déséchouement avaient été tentées par les moyens acheminés sur zone (remorqueurs, barges) par la société d’assistance mandatée par l’armateur du navire, sans succès jusque-là.

Hier, le navire échoué a été allégé de 3 tonnes de xylène (6 000 tonnes d’huile de soja ayant déjà été pompées quelques jours auparavant) qui ont été transférées sur une barge d’assistance. Le navire ainsi allégé de prés de 40 % du poids de la cargaison transportée a pu, à la faveur de la marée et assisté par deux remorqueurs, être remis à flots.

Cette délicate opération de déséchouement connaît donc un dénouement heureux : elle s’achève avant l’expiration de la mise en demeure de l’État à l’armateur, fixée au 15 mars, et sans qu’aucune trace de pollution ne soit à déplorer.

Le navire fait actuellement route vers le Mexique, qu’il devrait atteindre mardi, avec à son bord l’équipe d’évaluation française, mandatée par le haut-commissariat, qui a suivi toute l’opération sur place.

Malte Sichem Osprey
Type Pétrolier-chimiquier
Oil/chemical tanker
Pavillon
Flag
Malte
Malta
IMO 9396024
Longueur hors tout
Length overall
170,10 m
Maître-bau
Beam
26,20 m
Tirant d’eau max.
Draught
10,22 m
Jauge brute
Gross tonnage GT
17 789
Jauge nette
Net tonnage NT
6 662
Port en lourd TPL
Deadweight tonnage DWT
25 431 t
Capacité
Capacity
29 129,5 m3
Propulsion
Engine
STX 6S46MC-C / 7860 kW
Vitesse (nœuds)
Speed (knots)
14
Ancien(s) nom(s)
Ex name(s)
Chantier
Shipyard
Dae Sun Shipbuilding & Engineering Co. Ltd,
Busan, Corée du Sud
Lancement
Launching
Janvier 2009

Sources

Situation de l'île de Clipperton et sa Zone économique exclusive

Situation de l’île de Clipperton et sa Zone économique exclusive. Carte Christian Jost.

Carte de l'île de Clipperton

Carte de l’île de Clipperton (hd). Expédition Clipperton 2008.

| 1 commentaire

1 commentaire

I was during my military service in the French Navy "médecin-major" du BDC Blavet.It was in 1966 during the french nuclear experimentations and we spent 3 weeks turning around the atoll mesuring the effects of the nuclear experience. We had with us strong tahitians to go through the pass with polynesian boats, 2 helicopters,one Professor of Science from the French Natural museum and his team. soldiers from the Légion Etrangére; they spent more than one month studying the animal life and the flora of Clipperton, I came back to pick them up. it was a 45 days trip without any stop. It was two wondereful experiences

Ajoutez une information ou un commentaire

« Détails sur le naufrage du Concordia | Ravages de Xynthia dans les ports de plaisance »