16 décembre 2010

Démolition du Bluenose II

La goélette Bluenose II, fierté de la province canadienne de la Nouvelle-Écosse a été entièrement démolie en catimini sur le chantier devant prétendument assurer sa restauration.

Bluenose II

Le Bluenose II en 2006 à Norfolk Harbor. Photo United States Navy.

Les citoyens néo-écossais découvrent incrédules que l’intégralité de la coque en bois de la goélette a été réduite en copeaux en novembre. Quille, couples et bordages ont été déchiquetés. Ce qui devait être officiellement une restauration était en fait la construction d’un tout nouveau voilier, dans de nouveaux matériaux et sur un nouveau plan. Seuls seront préservés des éléments d’accastillage, de superstructures (roofs) ainsi que les mâts, qui seront réintégrés à ce qu’il est convenu d’appeler désormais le Bluenose III.

Le ministre du Tourisme néo-écossais Percy Paris avait pourtant déclaré en juillet dernier que la restauration était un meilleur choix que la construction d’un Bluenose III. Il était manifestement mal informé. En septembre, le porte-parole du ministère, Michael Noonan, réitérait cette déclaration : “Nous pouvons travailler avec l’actuel navire et lui apporter des améliorations nécessaires sans prendre le chemin de la construction d’un nouveau navire”.

Le choix de déchiqueter le bois du célèbre voilier plutôt que de le confier à un organisme qui aurait pu le valoriser est également fortement critiqué.

Dans le Chronicle Herald du 9 décembre, le constructeur de bateaux traditionnels Matt Durnford (Cormorant Canoe and Boat Works à Riverport) demande pourquoi le projet de reconstruction a été caché par le gouvernement de la province qui pilote l’opération.

“C’est un outrage fait à un fin navire qui a si bien servi la Nouvelle-Écosse et le Canada pendant des décennies que de terminer ainsi scié et réduit en copeaux. Honte.” ajoute M. Durnford. Selon lui, si la coque était réellement irrécupérable — ce qui reste à prouver —, il aurait été plus digne de la couler avec les honneurs que de la détruire en cachette.

Liens

Mise à jour, 22 décembre

Dans le Chronicle Herald de ce jour, Joan Roué, petite fille de William Roué, l’architecte du premier Bluenose (1921), demande que les plans du nouveau voilier, dont la construction vient de débuter à Lunenburg, soient rendus publics. Le ministère du Tourisme et de la Culture a déclaré que la restauration du Bluenose II “n’avait pas pour intention de créer une juste réplique du Bluenose original”.

Joan Roué s’interroge “Bluenose II a été construit pour être une réplique du Bluenose. S’ils ne veulent pas faire une réplique du Bluenose II, quel sera le résultat final ?”. Les plans originaux de Bluenose ont été utilisés en 1963 pour la construction du Bluenose II. Joan Roué précise également qu’elle possède les droits sur les plans originaux du Bluenose et qu’elle n’est pas parvenue à un accord avec les autorités de la Province pour leur utilisation.

| 2 commentaires

2 commentaires

Te reste plus qu'à modifier Wikipédia :/ qui donne le bateau actif en 2011...

Quel dommage de ne pas avoir conservé la coque en bois !!
Une seconde vie, oui, mais sans âme....

Ajoutez une information ou un commentaire

« Barquentin Robert Ewing (1892) | Port de New York, East River docks (c. 1900) »