26 mars 2010

Le Grand Turk devient l’Étoile du Roy

Les Français prennent une frégate anglaise ! Le Grand Turk a été vendu à la société Étoile Marine Croisières et va rejoindre son nouveau port d’attache, Saint-Malo.

Grand Turk

Le Grand Turk. Photo Wikimedia Commons.

Le Grand Turk est une belle reconstitution de frégate anglaise du XVIIIe siècle, construite pour les besoins de la télévision. Sous pavillon français, elle va connaître un nouveau destin sous le nom d’Étoile du Roy.

En 1996, l’armateur Michael Turk gagne un appel d’offres de la chaîne de télévision ITV pour la fourniture d’une réplique de frégate, destinée à la production de la série Hornblower adaptée des célèbres romans de Cecil Scott Forester.

Les délais sont courts, puisque le navire doit être prêt dès juillet 1997 pour le début de tournage en mer Noire, à Yalta. Les plans sont dressés par l’architecte naval néo-zélandais Ron Holland qui s’inspire de la frégate de 6e rang à 20 canons HMS Blandford, lancée en février 1720.

Ne trouvant pas de chantier britannique capable de répondre à une telle demande, Michael Turk se tourne vers la Turquie, au chantier de Marmaris, qui possède des charpentiers de marine qualifiés et à moindre coût.

La construction ne fut pas sans difficulté : problèmes d’approvisionnement en bois, mauvaise météo, incidents divers et qualité du travail livré. Michael Turk note “Étant donné que seul Allah est capable de perfection, ils ont insisté pour faire des erreurs délibérées pour nous rappeler que Dieu est Grand”. La frégate est terminée en août 1997, avec un mois de retard, et se dirige immédiatement vers la mer Noire où le tournage commence en septembre.

Au printemps 1998, elle est convoquée pour la seconde série qui est filmée au large du Portugal. Son port d’attache est les docks St Katharine à Londres.

La frégate est louée également pour d’autres productions cinématographiques et participe à de nombreux rassemblements de grands voiliers, c’est ainsi que le public français peut la découvrir lors de Brest 2000 ou de l’Armada de Rouen en 2003.

La production de la série Hornblower, où la frégate a joué le rôle du HMS Indefatigable s’achève en 2003. En 2005, elle figure le HMS Victory dans les célébrations du 200e anniversaire de la bataille de Trafalgar.

Prenant sa retraite, Michael Turk met en vente sa frégate au prix de 1 575 000 livres (1,75 million d’euros). La société Turks continue son activité, abandonnant son service de prestations cinématographiques et se recentrant sur la construction et l’exploitation de vedettes de croisière sur la Tamise.

La coque est constituée d’un bordé en iroko sur des couples en acajou lamellé-collé, le barrotage est en pin lamellé-collé.

La longueur hors-tout est de 46,3 m, la longueur de flottaison de 29,6 m, le maître-bau de 10,4 m et le tirant d’eau de 3,4 m. Le gréement de trois-mâts carré, donnant un tirant d’air de 35,6 m, peut déployer 800 mètres carrés de toile.

La frégate dispose de tous les équipements modernes, guindeau et cabestans hydrauliques… Elle a deux moteurs diesel de 400 chevaux (Kelvin TAS8) qui consomment 1850 litres/jour à 900 tr/min (vitesse 8,5 nœuds), un propulseur d’étrave hydraulique de 60 chevaux et pas moins de 4 générateurs (Ford 110, 80, 70 et 35 kVA).

Outre les équipements de sécurité habituels, le Grand Turk est aussi armé de 12 canons…

Le Grand Turk est agréé par la Maritime and Coastguard Agency pour l’embarquement de 120 passagers en croisière à la journée, en plus de 35 membres d’équipage. Il dispose de 8 cabines à deux couchettes pour l’équipage, d’une suite pour l’armateur et d’une suite pour le capitaine. Si besoin est, 30 hamacs peuvent être mis en fonction à l’entrepont.

La frégate a été achetée en décembre dernier par la société de Bob Escoffier, Étoile Marine Croisières, qui exploite déjà de nombreux voiliers traditionnels : Étoile de France, Étoile Molène, Étoile Polaire, Étoile Boréale, Naire Maove et, depuis cette année, la goélette-aviso de Brest La Recouvrance (en partenariat avec son propriétaire, la SOPAB). Le prix de vente final n’a pas été communiqué.

Le Grand Turk sera officiellement baptisé l’Étoile du Roy le 7 mai prochain à Saint-Malo, son nouveau port d’attache. Une belle prise !

Construction du Grand Turk, 1996-97

Construction du Grand Turk

Quille et premiers couples, au chantier turc de Marmaris.

Construction du Grand Turk

Couples en lamellé-collé.

Construction du Grand Turk

Achèvement de la structure.

Construction du Grand Turk

Pose du bordé en iroko.

Construction du Grand Turk

Supports des moteurs.

Construction du Grand Turk

Grand-chambre du conseil.

Construction du Grand Turk

Peinture.

Intérieurs

2010-grand-turk-8.jpg

Cabine de l’armateur sur bâbord (celle du capitaine est identique sur l’autre bord). Bureau et porte donnant sur la grand-chambre du conseil.

2010-grand-turk-9.jpg

Cabine de l’armateur. Lit.

2010-grand-turk-10.jpg

Cabine de l’armateur. Lit et porte donnant sur la grand-chambre du conseil.

2010-grand-turk-11.jpg

Chambre du conseil.

2010-grand-turk-12.jpg

Chambre du conseil.

2010-grand-turk-13.jpg

Entrepont, “Entertainment Deck”.

2010-grand-turk-14.jpg

Cuisine.

2010-grand-turk-15.jpg

Cuisine.

2010-grand-turk-16.jpg

Atelier de charpenterie.

2010-grand-turk-17.jpg

Logement équipage.

2010-grand-turk-18.jpg

Salle des machines.

2010-grand-turk-19.jpg

En cale sèche. Hélice contrarotative en bronze.

| 2 commentaires

2 commentaires

Le Renard est une réplique d'un cotre corsaire construite à Saint Malo que la société Etoile Marine a prise en co-gérance. La goélette aviso de Brest c'est la Recouvrance, également au sein de la flotte de Bob Escoffier.

Ajoutez une information ou un commentaire

« Le Frigia et le Talca détournés par des pirates somaliens | La corvette coréenne Cheonan sombre suite à une explosion »