17 mars 2010

Lourdes menaces sur le clipper City of Adelaide

Le City of Adelaide (1864) est le plus vieux clipper encore existant. Faute d’argent, le monument historique risque d’être détruit cet été.

Le City of Adelaide est un clipper anglais lancé le 7 mai 1864, cinq ans avant le Cutty Sark (1869). Tous deux sont gréés en trois-mâts carré et de construction composite, c’est-à-dire de structure métallique bordée de bois, comme il était en vogue dans les années 1860 et 1870.

City of Adelaide, 1864

City of Adelaide. 860 GT. Longueur 53,85 m. Maître-bau 10,13 m. Tirant d’eau 5,65 m.
Lithographie de Thomas Dutton, août 1864.

Il fut construit par le chantier de William Pile, dans l’embouchure de la rivière Wear, à Sunderland, dans le Nord-Est de l’Angleterre. Le clipper tient son nom de baptême de sa destination première, l’Australie.

Pendant 23 ans, le City of Adelaide a assuré une liaison annuelle entre Londres, Plymouth et Adelaïde, transportant marchandises diverses et émigrants à l’aller, et de la laine au retour.

Le 24 août 1878, il s’échoue sur une plage à proximité d’Adélaïde. Après être partiellement déchargé, il est remis à flot le 4 septembre.

En 1887, sa carrière de clipper s’achève et le voilier est vendu. Le gréement, raccourci en hauteur, est refait en trois-mâts barque. Il transporte un temps du charbon entre la Tyne et Douvres, puis livre du bois canadien à Belfast. On le voit souvent à Miramichi dans le Nouveau-Brunswick.

En 1893, sa mise à la retraite est prononcée après presque 30 ans de bons et loyaux services : le City of Adelaide est démâté et transformé en hôpital flottant à Southampton, pour les quarantaines.

En 1923, le navire est acheté par la Royal Navy et est renommé HMS Carrick. Il sert aux entraînements des réservistes de la Navy à Greenock, en Écosse.

En 1948, il est ammené à Glasgow pour servir de local flottant à un club de réservistes (RNVR Club of Glasgow) et il devient un élément marquant du paysage de la ville écossaise.

Au milieu des années 80, l’association de réservistes peine à trouver les financements pour maintenir à flot le Carrick. Elle cherche un repreneur.

Carrick à Galsgow

Le Carrick à Glasgow. Photo Gordon Hardy.

En 1989, le navire commence à prendre l’eau, il y a urgence.

L’association de conservation Clyde Ship Trust est créée pour sauver le clipper. Elle l’achète pour une livre au RNVR en mars 1990. Le voilier est démâté et remorqué en août au Princes Dock à Liverpool.

En 1991, le City of Adelaide coule à quai. Malheureusement, le Clyde Ship Trust n’a pas assez de fonds pour le renflouement.

En 1992, le Musée maritime d’Écosse (Scottish Maritime Museum) l’achète et finance en grande partie les travaux de remise à flot. Le musée fait remorquer la coque à Irvine, sur la côte Ouest de l’Écosse, en vue de sa restauration.

En septembre 1993, le City of Adelaide est halé sur un slipway à proximité du musée et les travaux commencent.

En 1999, le Musée a des difficultés de financement suite à l’établissement du nouveau parlement écossais. Les financements qui lui venaient habituellement d’Angleterre lui sont désormais perdus. Les travaux de restauration sont abandonnés.

Le propriétaire du slipway exige alors de récupérer l’usage de son bien et casse le bail de location pour une livre symbolique par an. Exsangue, incapable de trouver un nouveau propriétaire ou de déménager le navire, le musée demande un permis de démolition en 2000, ce qui est refusé par les autorités en février 2001 en raison du scandale médiatique provoqué par cette annonce.

Les Australiens commencent alors à s’intéresser au devenir du monument historique. Beaucoup ont des ancêtres qui sont arrivés sur le pont de clippers, et en particulier sur le City of Adelaide.

En 2003, un homme d’affaires lance une étude de faisabilité d’une restauration complète, avec mise aux normes de la marine marchande, pour la transformation en voilier de croisière destiné aux touristes aventureux. Il donne de l’argent au musée pour protéger la coque dans l’attente. En 2006, les résultats tombent, sans grande surprise pour un spécialiste du domaine : cela coûterait bien plus cher que de construire une réplique, la mise aux normes pour le transport de passagers impliquerait des transformations trop importantes. La société Travelsphere abandonne alors son projet d’achat.

En 2006, sans autre possibilité, le musée renouvelle sa demande de permis de démolition, ou de “déconstruction ”, euphémisme qui veut dire que quelques éléments essentiels seraient préservés, comme la proue, une section au maître-bau et un morceau de la poupe.

En avril 2007, ironiquement lors de la journée du Patrimoine mondial organisée par l’UNESCO, le Conseil de North Ayrshire rend sa décision : la démolition est autorisée, faute de mieux.

Le 21 mai 2007, le Cutty Sark est presque entièrement détruit par les flammes. Il est alors décidé de surseoir quelque temps à la démolition du dernier clipper survivant. Le musée temporise avec le propriétaire du slipway.

En novembre 2009, toujours sans solution, le Musée maritime écossais lance son appel d’offres pour la “déconstruction” du clipper, ce qui remobilise immédiatement les différentes associations de protection du patrimoine maritime.

En janvier 2010, in extremis, l’association australienne City of Adelaide Preservation Trust présente son projet de ramener le bateau en entier à Adélaïde.

Début mars 2010, sous la pression des Australiens, Madame Fiona Hyslop, ministre de la culture écossais, demande un ultime sursis à la démolition, le temps d’étudier les différentes possibilités présentes :

Le projet australien, le plus sérieux, a démontré sa faisabilité technique, mais échoue encore à réunir les fonds suffisants.

Le Scottish Maritime Museum, qui risque sa propre faillite dans l’aventure et qui est menacé de poursuites par le propriétaire du slipway, a donné un ultimatum : les projets de sauvegarde ont jusqu’à fin mai pour démontrer leur viabilité. En cas d’échec, la coque sera démolie cet été.

La course contre la montre a commencé.

L’appel aux dons est ouvert.

City of Adelaide

Le Carrick à Irvine, avril 2006. Photo John Milne.

City of Adelaide

Le Carrick à Irvine, mai 2009. Photo John Clark.

City of Adelaide

Le Carrick à Irvine, mai 2009. Photo SeaDave.

City of Adelaide

Le Carrick à Irvine, août 2009. Photo Mafleen.

City of Adelaide

Le Carrick à Irvine, octobre 2009. Photo Firth of Clyde blog.

Voyages du City of Adelaide

Armement Devitt & Moore. Ligne Londres-Adélaïde, de 1864 à 1887.

Angleterre Australie Durée Australie Angleterre Durée
6 août 1864 7 novembre 1864 93 j. 20 janvier 1865 3 mai 1865 105 j.
26 juillet 1865 12 octobre 1865 78 j. 5 janvier 1866 13 avril 1866 100 j.
27 juillet 1866 11 octobre 1866 76 j. 27 décembre 1866 10 avril 1867 106 j.
25 juillet 1867 12 octobre 1867 79 j. 17 décembre 1867 7 avril 1868 113 j.
29 juin 1868 23 septembre 1868 86 j. 9 novembre 1868 26 février 1869 109 j.
13 mai 1869 31 juillet 1869 79 j. 3 novembre 1869 16 mars 1870 133 j.
24 mai 1870 18 août 1870 86 j. 18 novembre 1870 3 mars 1871 105 j.
2 juin 1871 20 août 1871 79 j. 30 octobre 1871 25 janvier 1872 87 j.
25 juin 1872 28 septembre 1872 95 j. 14 novembre 1872 24 février 1873 102 j.
11 avril 1873 3 juillet 1873 83 j. 3 novembre 1873 15 février 1874 104 j.
29 mai 1874 24 août 1874 86 j. 16 novembre 1874 21 mars 1875 135 j.
28 juin 1875 26 septembre 1875 90 j. 11 novembre 1875 24 février 1876 105 j.
26 mai 1876 18 août 1876 84 j. 31 octobre 1876 9 février 1877 101 j.
19 avril 1877 25 juillet 1877 97 j. 31 octobre 1877 7 mars 1878 127 j.
21 avril 1878 22 juillet 1878 92 j. 25 octobre 1878 8 février 1879 106 j.
15 mai 1879 16 août 1879 93 j. 30 octobre 1879 5 février 1880 98 j.
1 avril 1880 27 juin 1880 87 j. 31 octobre 1880 7 février 1881 99 j.
5 mai 1881 26 juillet 1881 82 j. 29 octobre 1881 16 février 1882 110 j.
9 mai 1882 6 août 1882 89 j. 30 octobre 1882 14 février 1883 107 j.
20 avril 1883 27 juillet 1883 98 j. 21 octobre 1883 31 janvier 1884 101 j.
28 avril 1884 10 août 1884 104 j. 4 octobre 1884 27 janvier 1885 115 j.
16 mars 1885 20 juin 1885 96 j. 10 octobre 1885 18 janvier 1886 101 j.
16 mars 1886 18 juin 1886 94 j. 26 novembre 1886 23 février 1887 90 j.

Charles Havelock Mowll, négociant en charbon à Douvres (Wellington Hall, Northampton street). 1887.

14 juin 1887 Londres à South Shields
9 juillet 1887 South Shields à Douvres
11 novembre 1887 South Shields à Douvres

Daniel and Thomas Stewart Dixon, négociants en bois à Belfast. 1888 à 1893.

4 juin 1888 Douvres à Chatham, New Brunswick
Chatham, New Brunswick [3 juillet 1888]
14 juillet 1888 Chatham, New Brunswick à Belfast
18 septembre 1888 Belfast à Dalhousie, New Brunswick
Dalhousie à Liverpool [27 octobre 1888]
9 novembre 1888 Liverpool à Tybee
Tybee à Halifax, Nova Scotia
16 février 1889 Halifax, Nova Scotia à Bristol
11 avril 1889 Bristol à Miramichi [17 mai 1889]
Miramichi à Belfast [24 juin 1889]
29 juin 1889 Belfast à Miramichi
Miramichi à Newcastle, New Brunswick
6 août 1889 Newcastle, New Brunswick à Belfast
31 août 1889 Belfast à Miramichi
Miramichi à Dublin [20 novembre 1889]
Dublin à Algoa Bay
Algoa Bay à Barry (?) [23 décembre 1889]
Barry (?) à Port Elizabeth
28 mars 1890 Port Elizabeth à Guam (?)
Guam (?) à Newcastle, New Brunswick
14 juin 1890 Newcastle, New Brunswick à Belfast
14 juillet 1890 Belfast à Newcastle, New Brunswick
28 août 1890 Newcastle, New Brunswick à Belfast
9 avril 1891 Belfast à Miramichi [38 mai 1891]
28 mai 1891 Miramichi à Belfast [24 juin 1891]
3 juillet 1891 Belfast à Miramichi
10 août 1891 Miramichi à Belfast
3 novembre 1891 Belfast à Liverpool
Miramichi à Liverpool [26 novembre 1891]
Liverpool à —
4 janvier 1892 Garston à Belfast
9 avril 1892 Belfast à Miramichi [9 mai 1892]
25 mai 1892 Miramichi à Belfast
29 juin 1892 Belfast à Miramichi
5 août 1892 Miramichi à Belfast
8 septembre 1892 Belfast à Miramichi
18 octobre 1892 Miramichi à Belfast
31 janvier 1893 Belfast à Ayr
10 avril 1893 Ayr à Miramichi [8 mai 1893]
23 mai 1893 Miramichi à Belfast
19 juin 1893 Belfast à Miramichi
21 juillet 1893 Miramichi à Bowling
9 septembre 1893 Glasgow à Southampton

| Pas de commentaires

Ajoutez une information ou un commentaire

« Le chien du Mary Rose | Jeter l'ancre qu'elle se mouille »