11 avril 2010

Les noms des gréements

Typologie des gréements de grands voiliers

Phare carré

La typologie des gréements à plusieurs mâts repose essentiellement sur le nombre et la disposition des phares carrés.

Un phare est l’ensemble d’un mât et des voiles portées par ce mât.

On appelle phare carré un mât avec des voiles rectangulaires ou trapézoïdales, fixées à des espars horizontaux (vergues). Ces voiles sont dites des voiles carrées.

Le phare goélette est un mât, sans aucune voile carrée, avec une voile à corne (voile goélette).

Il y a enfin le phare carré complet qui est un phare carré comportant une voile goélette (les mâts d’artimon des quatre-mâts carré, trois-mâts carré, bricks, ainsi que les mâts de misaine des goélettes carrées, sont des phares carrés complets).

Ce qui peut paraître de prime abord complexe est en fait simple. Un dessin vaut mieux que tous les longs discours :

Typologie simple des gréements

Nb mâts Gréement
CAR = phare carré
COMP = phare carré complet
GOEL = phare goélette
Nom
5 CAR-CAR-CAR-CAR-COMP Cinq-mâts carré, cinq-mâts franc
5 CAR-CAR-CAR-CAR-GOEL Cinq-mâts barque
5 GOEL-GOEL-GOEL-GOEL-GOEL Goélette franche à cinq mâts
4 CAR-CAR-CAR-COMP Quatre-mâts carré, quatre-mâts franc
4 CAR-CAR-CAR-GOEL Quatre-mâts barque
4 CAR-GOEL-GOEL-GOEL Quatre-mâts barquentin, quatre-mâts goélette
4 COMP-GOEL-GOEL-GOEL Goélette carrée à quatre mâts, goélette à quatre mâts à hunier(s)
4 GOEL-GOEL-GOEL-GOEL Goélette franche à quatre mâts
3 CAR-CAR-COMP Trois-mâts carré, trois-mâts franc
3 CAR-CAR-GOEL Trois-mâts barque, barque
3 CAR-GOEL-GOEL Barquentin, barque-goélette, trois-mâts goélette
3 COMP-GOEL-GOEL Goélette carrée à trois mâts, goélette à trois mâts à hunier(s)
3 GOEL-GOEL-GOEL Goélette franche à trois mâts
2 CAR-CAR Brick
2 CAR-GOEL Brigantin, brick-goélette
2 COMP-GOEL Goélette carrée, goélette à hunier(s)
2 GOEL-GOEL Goélette franche
1 GOEL Côtre

Cinq-mâts carré

Cinq-mâts carré

Le cinq-mâts carré a cinq phares carrés. C’est un gréement très peu usité, on se souvient du cinq-mâts carré allemand Preussen, construit en 1902, en photo ci-dessus.

  • Anglais : Five-mast-ship.
  • Allemand : Fünfmast-schiff.
  • Espagnol : Fragata de cinco palos.
  • Italien : Nave a cinque alberi.

Cinq-mâts barque

Cinq-mâts barque

Le cinq-mâts barque barque a quatre phares carrés. À l’arrière, le mât ne porte pas de voiles carrées, mais généralement une brigantine et un flèche-en-cul.

[Notez bien qu’en mer, le cul n’est jamais vulgaire et désigne l’arrière du navire. Il donne le verbe “culer” qui signifie aller en arrière. “Reculer” est le fait de culer de nouveau.]

  • Anglais : Five-mast-barque.
  • Allemand : Fünfmast-Bark.
  • Espagnol : Barca de cinco palos.
  • Italien : Nave a palo a cinque alberi.

Quatre-mâts carré

Quatre-mâts carré

Le quatre-mâts carré a quatre phares carrés.

  • Anglais : Four-mast-ship.
  • Allemand : Viermast-schiff.
  • Espagnol : Fragata de cuatro palos.
  • Italien : Nave a quattro alberi.

Quatre-mâts barque

Quatre-mâts barque

Le quatre-mâts barque barque a trois phares carrés. À l’arrière, le mât ne porte pas de voiles carrées, mais généralement une brigantine et un flèche-en-cul.

  • Anglais : Four-mast-barque.
  • Allemand : Viermast-Bark.
  • Espagnol : Barca de cuatro palos.
  • Italien : Nave a palo a quattro alberi.

Trois-mâts carré

Trois-mâts carré

Le trois-mâts carré a trois phares carrés.

C’est le principal gréement de grand voilier. À tel point que l’Anglais disait simplement ship, l’Allemand, schiff et l’Italien, nave.

  • Anglais : Ship. Full-rigged ship.
  • Allemand : Schiff. Vollschiff.
  • Espagnol : Fragata. Fragata con todo aparejo.
  • Italien : Nave.

Trois-mâts barque

Trois-mâts barque

Le trois-mâts barque a deux phares carrés. À l’arrière, le mât ne porte pas de voiles carrées, mais généralement une brigantine et une voile de flèche (le flèche-en-cul).

Le trois-mâts barque est souvent appelé simplement barque.

Le gréement de barque est la version économique du trois-mâts carré car il nécessite moins d’hommes à la manœuvre. Son choix est lié au coût d’exploitation du navire.

  • Anglais : Barque. Bark.
  • Allemand : Bark.
  • Espagnol : Barca.
  • Italien : Brigantino a palo.

Barquentin, barque-goélette, trois-mâts goélette

Barquentin, ou barque-goélette

Le barquentin est un trois-mâts avec un seul phare carré.

Le grand-mât (au milieu) porte une grand-voile [13] et un grand-flèche [14]. Le mât d’artimon (à l’arrière) porte une brigantine [15] et un flèche-en-cul [16].

  • Anglais : Barquentine. Barkentine.
  • Allemand : Dreimastschooner. Barkschooner. Schoonerbark.
  • Espagnol : Bergantin-barca. Brik-barca.
  • Italien : Nave-goletta.

Goélette carrée à trois mâts

Goélette carrée à trois mâts

La goélette carrée à trois mâts porte sur son mât avant (mât de misaine) des voiles carrées (hunier simple ou double, parfois un perroquet, voire un cacatois), mais aussi une voile à corne, la voile goélette (ou misaine-goélette, ou goélette de l’avant). C’est ce qu’on appelle un phare carré complet (voir au début de cet article).

Sur la figure, la voile de “fortune” (ou basse-voile) n’est pas établie pour laisser bien voir la voile goélette [5] qui distingue ce gréement de celui du barquentin. La fortune, qui est une grande voile carrée souvent volante, n’est utilisée qu’au vent arrière. (La fortune correspond à la misaine sur un phare carré).

S’il n’y a qu’un hunier simple ou double, la goélette carrée à trois mâts est parfois appelée goélette à trois mâts à hunier(s).

(En mer, la goélette carrée à trois mâts sous voiles peut être confondue avec le barquentin, notamment si elle porte sa fortune.)

  • Anglais : Three-mast-topsail-schooner.
  • Allemand : Dreimast-Toppsegel-Schooner. Schoonerbark. Dreimastschooner.
  • Espagnol : Goleta de tres palos. Braca goleta.
  • Italien : Goletta a tre alberi, con parrochetto.

Goélette franche à trois mâts

Goélette franche à trois mâts

Le goélette franche à trois-mâts n’a aucun phare carré.

  • Anglais : Three-mast fore and aft schooner.
  • Allemand : Dreimast-Gaffellschooner. Dreimast-Vor-und Hinter-Schooner.
  • Espagnol : Goleta sencilla de tres palos.
  • Italien : Goletta a tre alberi. Goletta a palo.

Brick

Brick

Le brick a deux mâts qui sont des phares carrés. On pourrait parler de “deux-mâts carré” (mais cela ne se fait pas…).

  • Anglais : Brig.
  • Allemand : Brigg.
  • Espagnol : Bergantin. Bergantin redondo.
  • Italien : Brigantino. Brick.

Brigantin, ou brick-goélette

Brigantin

Le brigantin a deux mâts, dont un phare carré. On pourrait parler de “deux-mâts barque” (mais cela ne se fait pas…).

Le mât arrière, appelé ici grand-mât, porte une grand-voile [32] et un flèche-en-cul [33].

  • Anglais : Brigantine.
  • Allemand : Schooner-Brigg. Schooner.
  • Espagnol : Bergantin. Bergantin goleta.
  • Italien : Brigantino-goletta.

Goélette carrée

Goélette carrée

La goélette carrée porte sur son mât avant (mât de misaine) des voiles carrées (hunier simple ou double, parfois un perroquet, voire un cacatois), mais aussi une voile à corne, la voile goélette (ou misaine-goélette, ou goélette de l’avant). C’est ce qu’on appelle un phare carré complet (voir au début de cet article).

Sur la figure, la voile de “fortune” (ou basse-voile) n’est pas établie pour laisser bien voir la voile goélette [23] qui distingue ce gréement de celui du brigantin. La fortune, qui est une grande voile carrée souvent volante, n’est utilisée qu’au vent arrière. (La fortune correspond à la misaine sur un phare carré).

S’il n’y a qu’un hunier simple ou double, la goélette carrée est appelée goélette à hunier(s). L’Étoile et la Belle Poule de la Marine nationale sont de célèbres goélettes à hunier simple.

  • Anglais : Schooner. Top-sail schooner.
  • Allemand : Schooner. Toppsegel schooner.
  • Espagnol : Goleta.
  • Italien : Goletta a vele quadre. Schooner.

Goélette franche, goélette latine

Goélette franche

La goélette franche a deux mâts dépourvus de voiles carrées.

  • Anglais : Fore and aft schooner.
  • Allemand : Gaffell-Schooner. Vor-und Hinter-Schooner.
  • Espagnol : Goleta sencilla.
  • Italien : Goletta franca.

Lougre, chasse-marée

Lougre, chasse-marée

Le lougre, ou chasse-marée, a deux ou trois mâts qui portent des voiles au tiers. C’était un voilier typique des côtes de la Bretagne.

  • Anglais : Chasse-marée. Lugger.
  • Allemand : Lugger. Chasse-marée.
  • Espagnol : Quechemarin.
  • Italien : Chasse-marée. Trabaccolo.

Côtre

Côtre

[1] Foc-en-l’air. [2] Grand foc. [3] Trinquette. [4] Grand-voile ou brigantine. [5] Flèche-en-cul.

Le côtre est un voilier à mât unique bien connu de la plaisance contemporaine.

Les petits côtres étaient parfois appelés sloups (que l’on prononçait chloup). Mais personne ne s’est jamais accordé sur une définition précise de ce terme dont le sens a varié au cours des temps et selon les régions.

Dans la définition britannique, le cutter a plus d’une voile à l’avant (une trinquette et un foc) et le sloop n’en a qu’une seule. Dans la définition américaine, le cutter possède un bout-dehors rétractable (et le foc est donc volant) alors que celui du sloop est fixe (et le foc est endraillé). Lorsque le design anglais a rencontré l’américain au début des années 1880, un hybride appelé compromise sloop ou cutter-sloop est apparu. Un compromise sloop était un voilier à bout-dehors fixe (donc un sloop pour les Américains) et deux voiles à l’avant (donc un cutter pour les Britanniques).

En français, on retiendra que le sloup est un côtre de dimensions généralement modestes possédant seulement deux voiles (grand-voile et trinquette, ou trinquette génoise), ce qui rejoint la définition du sloop britannique.

Dans les gréements de la plaisance contemporaine, on retient les distinctions suivantes :

Gréements de la plaisance contemporaine

Gréements de la plaisance moderne. Dessins de Tomasz Rojek.

Le slutter (le nom slutter fait parfois sourire en raison de sa consonnance avec slut, prostituée, salope) est un sloop qui veut se donner des airs de côtre, son mât restant plus avancé que celui du côtre traditionnel.

Si l’on adjoint un petit mât à l’extrême arrière portant une voile à corne, on a un côtre à tapecul, ou dundée, ou yawl. Si ce second mât est plus important et est placé devant la barre, il devient un mât d’artimon et l’on ne parle plus de côtre, mais de ketch.

  • Anglais : Cutter.
  • Allemand : Kutter.
  • Espagnol : Balandra.
  • Italien : Cutter. Cotre.

Notes

La plupart des figures sont extraites de l’indispensable dictionnaire multilingue du capitaine Paasch “From keel to truck. De la quille à la pomme du mât”, édition de 1901.

| 4 commentaires

4 commentaires

Merci pour ce génial article, et plus largement pour ce carnet auquel je suis définitvement accro !
Grâce à vous je ne ferais plus la confusion entre barquentin et trois-mâts goélette. :-)

Bonjour,
Je trouve que votre site est très pédagogique et intéressant. Au point que je souhaite acheter le livre du capitaine Paasch. Sur internet on peut trouver l’édition de 1885. Qu'en pensez-vous surtout par rapport au éditions suivantes ?
Merci d'avance,
Enrique Sans

Bonjour,
J’ai consulté l’édition de 1885 comme il y a eu plusieurs éditions depuis je souhaiterai connaître une version-édition ou les planches des dessins des bateaux et des gréements sont traduit en français ?
Merci
Enrique Sans

Ajoutez une information ou un commentaire

« Trois-mâts carré Saint David (1877) | Nouvelles de la piraterie somalienne »