15 avril 2010

On ne plaisante pas avec la bête

Des terriens bien intentionnés peuvent commettre la pire des bévues pour un marin. Le navigateur Christopher Pratt en a fait les frais.

Lièvre

Lepus Californicus ou lièvre de Californie. Cousin de l’autre.

Christopher Pratt, navigateur sponsorisé par la Direction des Constructions Navales-Thales (DCNS), a appareillé de Brest le 9 avril pour une navigation en solitaire sur le voilier de 60 pieds DCNS 1000. Il prépare la prochaine Route du Rhum avec le parrainage de Marc Thiercelin.

Le journal Le Marin daté de demain (n° 3275) rapporte une distrayante anecdote, illustrant le manque de culture maritime de certains cadres de la DCN-Thales. L’incident a eu lieu au moment du départ :

Mais il y a tout de même eu un léger couac. Pour fêter ce départ, DCNS a, en effet, offert au jeune skipper une peluche devant lui servir de mascotte. Horrible erreur de casting, la peluche en question représentait « la bête », un très maléfique « cousin du lièvre », « animal à grandes oreilles » ou autre « Pollop » dont même la prononciation du mot fait frémir les marins les plus aguerris. Ne nous faisons pas trop de soucis pour Christopher Pratt, le « Pollop » en question a rembarqué dare-dare dans le pneumatique ramenant à terre les accompagnateurs. Ouf !

Selon Ouest France, l’auteur de la bourde serait Jean-Marie Daviron, directeur de la communication de la DCNS à Brest.

(Cher lecteur, merci de ne pas plaisanter dans les commentaires de cet article.)

| 3 commentaires

3 commentaires

Il y a licenciement pour faute grave pour un truc comme ca? Non?
(et je ne plaisante pas, car quand on travail dans les navires on le sait!)

Bah, c'était ça ou la peluche d'un chaton.
Maintenant, M'sieur Daviron n'a plus qu'à ramer pour rattraper une telle maladresse.

Et puis profitons en pour visiter DCNS1000 (version Transat Jacques Vabre)

Et pour le post précédent, il y a licenciement quand on maltraite l'orthographe !

Ajoutez une information ou un commentaire

« Côtres Gossoon (1890) et Minerva (1888) | Vapeur à roues Algerian (1874) »