14 avril 2010

Côtres Gossoon (1890) et Minerva (1888)

Côtres Gossoon (1890) et Minerva (1888)

Côtres Gossoon et Minerva.
26 août 1890.
Négatif sur verre, 25 x 20 cm.
Detroit Publishing Company.
Library of Congress.
Restauration © Carnet-Maritime.com.

Téléchargez la version haute définition 2560 x 2010 pixels.

Monsieur William Fife Jr, l’écossais, avait construit un bien beau yacht de 40 pieds, le Minerva, réputé imbattable dans sa classe et qui avait tout raflé lors de la précédente saison en 1889.

Les frères Adams, yachtmen américains, avaient alors décidé de mettre fin à la suprématie du Minerva. Ils sont allés voir Edward Burgess (nous avons déjà exposé sa goélette Carrie E. Phillips) pour qu’il dessine un nouveau voilier à cet effet. C’est ainsi que le Gossoon est né.

Le 11 juillet 1890, lors de sa première régate à Marblehead, le Gossoon remplit pleinement sa mission et bat le Minerva.

Le 2 août, cinq quarante-pieds se présentent au départ de la course à Newport : le Minerva, le Gossoon, le Mocassin, le Mariquita et le Choctaw. Tous ces côtres ont été dessinés par Edward Burgess, à l’exception du Minerva. Et, coup de théâtre, c’est le Minerva qui gagne.

Le 11 août, à Newport, c’est une victoire du Gossoon devant le Minerva.

Le 26 août, la régate du jour est à Marblehead, Massachusetts. Sous une belle brise de Sud-Est, le départ est donné. La course est farouche, mais c’est encore le Gossoon qui l’emporte. Le règne du Minerva est bel et bien fini, l’honneur yankee est sauvé !

La photographie a été prise au départ de cette fameuse course de Marblehead. Le Gossoon est devant, coque blanche, le Minerva derrière, dans l’ordre d’arrivée.

À la fin de la saison, sur 10 régates, Gossoon terminait à égalité avec Minerva, 5 victoires chacun. Burgess et Fife allaient encore avoir de belles occasions de confronter leurs conceptions de lévriers des mers, notamment avec la nouvelle classe de 46 pieds qui allait venir.

Vous pouvez achetez un tirage de cette photographie à la Galerie du Cabestan.

| 3 commentaires

3 commentaires

Le point d'écoute du foc du Minerva me semble réglable en hauteur, ce qui n'est pas très usuel. Il y a-t-il un moyen d'avoir un agrandissement plus précis que celui que vous proposez pour voir de quoi il retourne exactement ?
En tous cas félicitations et merci beaucoup pour ce travail iconographique.

Merci beaucoup pour l'agrandissement qui n'apporte guère plus de détail effectivement. je pense qu'il s'agit bien d'un système de réglage en hauteur du point d'écoute. Je me demande si c'est à partir de ce dispositif et en l'extrapolant que quelques années plus tard, sont apparues les voiles d'avant quadrangulaires à double points d'écoute ?... Si vous même ou l'un de vos lecteurs peut m'éclairer sur le sujet, par avance merci.

Ajoutez une information ou un commentaire

« Cargo mixte Bonavista (1884) | On ne plaisante pas avec la bête »