10 mai 2010

Paquebot White Star Line Arabic II (1902)

Paquebot White Star Line Arabic II (1902)

Paquebot Arabic II.
Circa 1905.
Négatif sur verre, 25 x 20 cm.
Detroit Publishing Company / LC-D4-22212.
Library of Congress.
Restauration © Carnet-Maritime.com.

Téléchargez la version haute définition 2560 x 1970 pixels.

Une photographie inconnue jusqu’à aujourd’hui du paquebot Arabic II (le bord de la plaque où figurait le nom est cassé).

L’Arabic II est entré dans l’histoire pour avoir été le premier paquebot de la White Star à être torpillé pendant la Première Guerre.

Commandé sous le nom de Minnewaska II par la compagnie ATL (Atlantic Transport Line), construit en 1902 par Harland et Wolff à Belfast. Transféré en cours de construction à la White Star Line et lancé le 28 décembre 1902 sous le nom d’Arabic II. Affecté à la ligne Liverpool-New York (et occasionnellement Boston).

Faisant route vers New York, il est torpillé le 19 août 1915 par un sous-marin allemand au sud de l’Irlande, au large du cap de Old Head, tout comme l’avait été le Lusitania le 7 mai 1915. 44 passagers et membres d’équipage périssent dans le naufrage (380 rescapés).

Après guerre, la White Star Line obtiendra en dédommagement un paquebot allemand, le Berlin, qui sera baptisé Arabic III en 1921.

15 801 tonneaux de jauge brute. 600,7 pieds (180 m) de long. 65,5 pieds (20 m) de large. Vitesse 16 nœuds. Port d’attache Liverpool. Capacité 1 200 passagers.

Sister ships Minnehaha, Minnetonka, Minnewaska, Minneapolis, Mongolia, Manchuria.

Bord cassé du négatif

Bord cassé du négatif référencé sous le titre “[White] Star Line”.

Arabic clairement lisible sur le négatif

Nom du paquebot “ARABIC” clairement lisible sur la photographie.

Vous pouvez achetez un tirage de cette photographie à la Galerie du Cabestan.

| 1 commentaire

1 commentaire

Je suis à chaque fois surpris par la qualité de ces images, à titre d'exemple on aperçoit ici fort bien l'antenne en T du télégraphe reliée à la salle dite "sourde" en arrière de la passerelle. Superbe !

Ajoutez une information ou un commentaire

« Côtre Minerva (1888) | Pas de répit sur le front de la piraterie »