12 mai 2010

Pas de répit sur le front de la piraterie

Navires et équipages pris en otages, d’autres libérés, et les Russes sont soupçonnés d’avoir délibérément exécuté une dizaine de Somaliens.

2010-moscow-university.jpg

Sur le pont du pétrolier Moscow University, les 10 Somaliens peu de temps avant leur possible exécution (le 11e, près du garde-corps, est déjà mort). Source RIA/Novosti.

Ce matin, 12 mai, le vraquier grec Eleni P. (IMO 9128025), battant pavillon panaméen, a été détourné à 250 milles des côtes d’Oman. Il faisait route vers Kandla (Inde) avec 23 membres d’équipage (19 Phillipins, 2 Grecs, 1 Roumain, 1 Ukrainien) et une cargaison d’acier.

Hier, le 11 mai, on apprenait que le cargo frigorifique Talca (IMO 8616324) et ses 22 membres d’équipage, pris en otages en mars dernier, ont été libérés après versement le 8 mai d’une rançon.

Le 11 mai également, le pétrolier-chimiquier bulgare Panega (IMO 8511586), battant pavillon bulgare, a été détourné à environ 100 milles des côtes d’Aden. Il faisait route vers l’Inde, probablement pour sa démolition (la base Equasis note “Status of ship: To Be Broken Up”) avec un équipage de 15 Bulgares.

Le 8 mai, le pétrolier-chimiquier allemand Marida Marguerite (IMO 9445655), battant pavillon des îles Marshall, a été détourné à environ 120 milles au sud de Salalah (Oman). Il faisait route vers la Belgique avec 22 membres d’équipage (19 Indiens, 1 Ukrainien, 2 Bangladeshis).

Vers le 6 mai, un bateau de pêche taïwanais et son équipage de 24 marins (9 Chinois, 3 Vietnamiens, 3 Philippins, 7 Kenyans, 2 Mozambicains) ont été pris en otages. Le chalutier, baptisé Tai Yuan 227, naviguait vers les Maldives.

Soupçons sur la marine russe

Le 5 mai, le pétrolier russe Московский университет (Université de Moscou, IMO 9166417), battant pavillon libérien, a été détourné à environ 350 milles à l’est de Socotra (Yemen). Il faisait route vers la Chine avec 23 membres d’équipage, tous Russes. L’équipage a réussi à se barricader dans la salle des machines et a été libéré le lendemain, 6 mai, par la frégate russe Маршал Шапошников (Maréchal Chapochnikov, BPK 543). Officiellement, les commandos russes ont tué un pirate lors de l’assaut et abandonné les 10 autres dans une embarcation pneumatique, désarmés et sans instruments de navigation, à plus de 300 milles de toute côte. Les autorités russes ont expliqué qu’elles n’avaient pas les outils législatifs pour poursuivre les pirates. Ce qui fait sourire les spécialistes, puisque Andrei Lunev a été condamné à 5 ans de prison le 7 mai par les tribunaux russes dans l’affaire du détournement de l’Artic Sea en juillet 2009.

Aujourd’hui, 12 mai, un porte-parole des pirates somaliens affirme que les 10 pirates ont été exécutés et que ce sont leurs cadavres qui ont été abandonnés sur une embarcation (source Somaliland Press). Il a ajouté que si un équipage russe était à nouveau pris en otage, il serait exécuté de la même manière.

Via l’agence de presse RIA Novosti, les autorités russes font savoir que les pirates se sont sans doute malencontreusement noyés. Le skiff aurait subitement disparu du radar une heure après la libération. Cela dit, aucune tentative de sauvetage n’aurait été entreprise par la frégate russe.

L’expert maritime Mikhail Voitenko pense que cette histoire de libération à 300 milles des côtes est imaginaire et que tous les pirates ont été probablement tués par les commandos russes. Il est possible que les marins russes aient tiré sur l’embarcation chargée d’hommes quelques minutes après leur “libération”.

| 3 commentaires

3 commentaires

C'est evidemment triste et regrettable mais bon il faut tout de meme leur faire comprendre qu'il faut arreter la piraterie, non ?

Bien sûr. Et coupons les oreilles des téléchargeurs de musique, histoire de leur faire comprendre qu'il faut arrêter la piraterie, non ?

Ajoutez une information ou un commentaire

« Paquebot White Star Line Arabic II (1902) | Cargo mixte Julia (1880 ?) »